26 janvier 2008

Décret missions opérationnelles

Décret n° 2007-319 du 8 mars 2007 portant application des dispositions du 4° de l'article L. 2 du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre et relatif aux missions opérationnelles


NOR : DEFD0700160D


Le Premier ministre,

Sur le rapport de la ministre de la défense et du ministre de l'économie, des finances et de l'industrie,

Vu le code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre, notamment son article L. 2 ;

Vu la loi no 2005-270 du 24 mars 2005 portant statut général des militaires, notamment son article 97,

Décrète :

Article 1

Au chapitre Ier du titre Ier du livre Ier de la troisième partie du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre, l'article D. 1 est ainsi rédigé :

« Art. D. 1. - Sont considérées comme missions opérationnelles, au sens des dispositions du 4° de l'article L. 2, les missions suivantes :

a) Les opérations extérieures conduites sous la responsabilité de l'état-major des armées quelle que soit leur nature et les missions effectuées à l'étranger au titre d'unités françaises ou alliées ou de forces internationales conformément aux obligations et engagements internationaux de la France ;

b) Les opérations d'expertise ou d'essai, y compris les évaluations techniques et les vérifications de matériels et d'équipements, civils ou militaires ;

c) Les opérations d'assistance des forces armées dans le cadre de catastrophes naturelles, technologiques ou matérielles ;

d) Les opérations de maintien de l'ordre et celles menées pour assurer la sécurité des personnes et des biens ;

e) Les exercices ou manoeuvres de mise en condition des forces ;

f) Les escales. »

Article 2

La ministre de la défense, le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, le ministre délégué au budget et à la réforme de l'Etat, porte-parole du Gouvernement, et le ministre délégué aux anciens combattants sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 8 mars 2007.

Dominique de Villepin

Par le Premier ministre :

La ministre de la défense,

Michèle Alliot-Marie

Le ministre de l'économie,

des finances et de l'industrie,

Thierry Breton

Le ministre délégué au budget

et à la réforme de l'Etat,

porte-parole du Gouvernement,

Jean-François Copé

Le ministre délégué

aux anciens combattants,

Hamlaoui Mékachéra

Posté par ANTTRN à 21:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 janvier 2008

Commission de réforme des PMI

Décret n° 2008-8 du 2 janvier 2008 relatif à la commission de réforme des pensions militaires d'invalidité et modifiant le code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre


NOR : DEFD0765815D


Le Premier ministre,

Sur le rapport du ministre de la défense,

Vu le code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre, notamment son article L. 6 ;

Vu le décret no 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions administratives à caractère consultatif ;

Le Conseil d'Etat (section des finances) entendu,

Décrète :

Article 1

Au chapitre V du titre Ier du livre Ier du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre (partie réglementaire), les articles R. 14 à R. 18 sont remplacés par les dispositions suivantes :

« Art. R. 14. - Lorsque l'instruction médicale est achevée, le médecin-chef du centre de réforme adresse le dossier, accompagné de son avis sur le droit à pension d'invalidité du demandeur, au chef du service dont il dépend.

« Celui-ci soumet le dossier pour avis à la commission consultative médicale dans les cas où cet avis est obligatoire ou lorsqu'il l'estime lui-même utile ou à la demande du service des pensions relevant du ministre chargé du budget. Il procède ensuite au constat provisoire des droits à pension et en notifie le résultat à l'intéressé.

« La notification du constat provisoire est effectuée par lettre recommandée avec demande d'avis de réception. Elle mentionne la faculté qu'a le demandeur de saisir la commission de réforme mentionnée à l'article L. 6 et d'être entendu par elle, ainsi que les voies et délais de cette saisine.

« Art. R. 15. - Dans un délai maximum de quinze jours après la notification du constat provisoire des droits à pension, l'intéressé peut demander l'examen de son dossier par la commission de réforme. Il est alors convoqué quinze jours au moins à l'avance par lettre simple. S'il ne se rend pas à cette convocation, il est convoqué à nouveau avec le même délai par lettre recommandée. S'il ne défère pas à cette seconde convocation, sans motif valable, la commission statue sur pièces.

« La date de convocation des militaires en mission opérationnelle tient compte de leur retour effectif dans leur unité de rattachement.

« Art. R. 16. - La composition de la commission de réforme est fixée comme suit :

« 1° Un médecin-chef des services ou un médecin en chef, président de la commission, nommé par le ministre de la défense ;

« 2° Deux officiers dont un officier supérieur et un capitaine ou un officier de grade équivalent, désignés par le commandant de région terre, ou le commandant de région maritime ou le commandant de région aérienne sur le territoire desquels est situé le centre de réforme.

« Les membres de la commission sont choisis parmi les officiers de carrière ou sous contrat en position d'activité.

« En cas d'absence ou d'empêchement, les membres de la commission peuvent être remplacés par un suppléant désigné suivant les mêmes règles.

« Art. R. 16-1. - Le président de la commission de réforme fixe la date à laquelle statue la commission.

« Les conditions de réunion et de fonctionnement de la commission sont fixées par le décret no 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions à caractère consultatif.

« Art. R. 17. - La commission de réforme ne délibère valablement que si son président ou son suppléant et un autre membre sont présents.

« Elle entend les observations que peut avoir à présenter le demandeur ou son médecin traitant.

« Elle ordonne, si besoin est, toute nouvelle mesure d'instruction ou toute nouvelle visite.

« En cas de partage des voix, celle du président est prépondérante.

« Mention est faite du désaccord que pourrait exprimer tout membre de la commission avec la majorité. Ces observations sont signées par l'officier qui exprime ce désaccord.

« Art. R. 18. - La commission de réforme émet un avis sur l'imputabilité au service, le degré d'invalidité, le caractère permanent des affections et sur l'admission au bénéfice des avantages accessoires à la pension.

« L'avis de la commission est communiqué au demandeur. »

Article 2

Le ministre de la défense, le ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique et le secrétaire d'Etat à la défense, chargé des anciens combattants, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 2 janvier 2008.

François Fillon

Par le Premier ministre :

Le ministre de la défense,

Hervé Morin

Le ministre du budget, des comptes publics

et de la fonction publique,

Eric Woerth

Le secrétaire d'Etat à la défense,

chargé des anciens combattants,

Alain Marleix

Posté par ANTTRN à 21:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 janvier 2008

Un établissement public : l'ONAC

L'ONAC est un établissement public, doté de l'autonomie financière.

Il est structuré de la façon suivante :

  • Une Direction Générale, installée en l'Hôtel des Invalides, 75007 paris
  • 100 services départementaux
  • 18 établissements : 9 maisons de retraite et 9 écoles de reconversion professionnelle.

 

 

 

Missions

La gestion des droits que l'État a accordé au monde combattant et aux victimes de guerre

Ces droits s'adressent aux :

  • Anciens combattants
  • Combattants Volontaires de la Résistance
  • Victimes de guerre
  • Réfractaires
  • Veuves et orphelins de guerre
  • Personnes Contraintes au Travail en pays ennemi
  • Veuves d'anciens combattants
  • Victimes de captivité
  • Invalides de guerre
  • Victimes d'attentats terroriste

Le droit à la reconnaissance

L'ONAC délivre pour l'ensemble des générations de combattants des cartes et titres qui vous ouvrent des droits.

Le droit à la réparation

L'ONAC gère l'attribution :

  • de la retraite du combattant
  • du statut de pupilles de la nation
  • de la carte d'invalidité militaire

Les imprimés et formulaires sont disponibles dans les bureaux du service départemental

 

Le droit à la solidarité

Pour les anciens combattants, les veuves d'anciens combattants ou les pupilles de la Nation majeurs en situation de précarité, l'ONAC peut attribuer des secours ordinaires ou des secours d'urgences. Si vous êtes dans ce cas ou si vous connaissez une personne entrant dans ce cadre, renseignez-vous auprès du service départemental.

Dans le cadre de la politique d'hébergement des personnes âgées de l'ONAC, il existe des aides pour le maintien à domicile des anciens combattants âgés.

De plus, l'ONAC informe et conseille les anciens âgés et leur famille pour une entrée dans une de ses neuf maisons de retraite ou dans l'un des établissements d'accueil pour personnes âgées labellisées "Bleuet de France".

Le droit à la reconversion

L'ONAC assure depuis 1971 la reconversion des Invalides de guerre grâce à neuf écoles. Progressivement ouverte à d'autres publics, ces écoles accueillent aujourd'hui :

  • Les orphelins de fonctionnaires tués en service
  • Les handicapés civils
  • Les enfants de harkis
  • Les militaires en reconversion

Ces neuf écoles de reconversion proposent des formations qualifiantes de niveau V (CAP-BEP) à niveau III (BTS) dans plus de 80 spécialités.

La gestion du partenariat entre le monde combattant et la Nation

Quatre types de partenariat :

  • un partenariat de co-gestion avec les associations de citoyenneté Combattantes à travers :
    • le conseil départemental
      la commission Mémoire Solidarité
    • la commission d'attribution du diplôme de porte-drapeau
  • un partenariat de financement d'actions pour lequel l'ONAC impulse, coordonne et gère la collecte du Bleuet de France permettant ainsi de financer les activités de solidarité et de mémoire.
  • un partenariat d'écoute et de relais en participant aux congrès, initiatives diverses, en diffusant l'information concernant l'activité des associations.
  • un partenariat de reconnaissance par la gestion des dossiers d'attribution de la Légion d'Honneur, de l'Ordre National du Mérite et l'attribution de la médaille de l'ONAC.
    • dans la coordination des cérémonies nationales légales – par exemple la déportation, le 8 mai et le 11 novembre
    • dans la mise en œuvre d'initiatives inscrites dans le programme du Haut Conseil de la Mémoire Combattante
    • dans la présentation d'expositions réalisées par la Direction de la Mémoire, du Patrimoine et des Archives – Ministère de la Défense
    • dans la mise en œuvre d'initiatives impulsées par la Direction générale de L'ONAC
    • dans des actions de partenariat avec des collectivités locales ou des associations (dont le concours départemental de la résistance et de la Déportation).
    • enfin dans la création et la gestion d'initiative de mémoire.

 

 

La gestion de droits citoyens au profit de l'ensemble de la communauté nationale

Crées originellement au profit du monde combattant deux droits sont désormais gérés au profit de l'ensemble des citoyens

L'attribution du diplôme de porte-drapeau

Créé en 1961, ce diplôme est destiné à rendre hommage aux porteurs du drapeau d'associations de citoyenneté combattante (anciens combattants, titulaires de décorations, associations de mémoire, association sauvegardant le lien entre la Nation et l'armée et d'associations de citoyens bénévoles (pompiers, croix rouge, sauveteurs…)

La gestion d'initiatives de mémoire combattante

Conceptualisée par la génération des tranchées afin de donner au plus grand nombre de citoyens des "souvenirs communs" faits d'héroïsme et de reconnaissance, la mémoire combattante s'est imposée comme un vecteur essentiel de cohésion nationale.

L'ONAC est un des acteurs principaux dans sa mise en œuvre.

Il intervient à la fois :

Posté par ANTTRN à 21:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 décembre 2007

Conjoints survivants de ressortissants de l'ONAC

Conjoints survivants de ressortissants de l'ONAC

Depuis le 1er août 2007 , les services départementaux de l'office national des anciens combattants et victimes de guerre-ONAC , établissement public administratif placé sous la tutelle du ministère de la Défense sont chargés d'instruire les demandes d'allocation différentielle en faveur des conjoints survivants de ressortissants de l'ONAC.
Cette allocation différentielle s'ajoute à l'ensemble des ressources , de quelque nature que ce soit, de façon à assurer un revenu de 681 euros mensuels.

Pour bénéficier de cette allocation , il faut déposer une demande ( au moyen d'un imprimé disponible au service départemental de l'ONAC) et remplir les 4 conditions suivantes :

- Etre veuf(ve) d'un pensionné(e) militaire d'invalidité , d'un(e) titulaire de la carte du combattant ou du titre de reconnaissance de la nation pour des services accomplis au cours d'opérations de guerre (Première et Seconde guerre mondiale , guerre d'Indochine, guerre d'Algérie , des combats du Maroc et de tunisie ) d'opérations de sécurité hors métropole ( missions extérieures) ou pouvoir se prévaloir d'un titre ou d'une qualité en rapport avec l'un des conflits susmentionnés .
- Etre âgé(e) au minimum de 60 ans au moment de la demande
-Justifier de ressources mensuelles inférieures à 681 euros
Résider de façon régulière et continue dans le département où la demande est déposée

Info transmise par l'ONAC de l'Orne lors du conseil départemental . l'association ANT-TRN était représentée par son président national .
www.anttrn.com   www.anttrn.net   

Posté par ANTTRN à 09:41 - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 octobre 2007

Combattants de la Liberté

IMG_0224A la mémoire des combattants de la liberté

En août dernier,Monsieur Alain MARLEIX , secrétaire d'Etat à la défense , chargé des anciens combattants , a présidé des cérémonies qui évoquaient deux temps forts de la Seconde Guerre Mondiale : le raid sur Dieppe , connu sous le nom de code"Opération Jubilee" et l'anniversaire de la libération de Paris .


Il ya soixante-cinq ans , le 19 août 1942 , six mille hommes , dont cinq mille canadiens , débarquaient , à l'aube , sur les côtes françaises .L'opération Jubilee ,organisée par les alliés sur Dieppe et ses environs , avait pour but de détruire les défenses côtières allemandes et les infrastructures stratégiques, de recueillir des informations et d'en tirer des enseignements pour l'organisation du futur débarquement en Normandie .
Mais les défenses allemandes résistèrent mieux que prévu; le raid se solda par un échec .
L'évacuation des troupes s'avéra extrêmement difficile et les pertes humaines se comptèrent par milliers.
A 13h30 ce jour-là , le dernier bateau quitta la côte pour rejoindre l'Angleterre , laissant derrière lui quelque trois mille hommes , tués , blessés ou prisonniers.C'est à ces soldats que rendait hommage la cérémonie présidée par M.Marleix , secrétaire d'Etat à la défense, chargé des anciens combattants, à laquelle assistaient entres autres ,M . Thompson , ministre canadien des anciens combattants et de nombreux vétérans.Devant le monument du square du Canada , M.Marleix a rappelé que"Chaque Français garde en lui , gravé au plus profond de son coeur , la reconnaissance pour ceux qui sont morts pour une terre lointaine inconnue, mais qu'ils ont défendue autant qu'ils aimaient leur propre patrie parce qu'elle était devenue le symbole du martyr , parce qu'elle était devenue le symbole d'une liberté à reconquérir.
Deux ans après le raid de Dieppe , Paris était libéré.Le 22 août 1944 , à la demande de De Gaulle et de Leclerc , Eisenhower accepta d'engager la 2éme DB et une division américaine de soutien pour délivrer la capitale.Les premiers éléments de la 2éme DB entrèrent le 24 août à 22 h dans la ville ,où, depuis quelques jours , les résistants avaient déclenché l'insurrection .Le lendemain , vers 16h , Von Choltitz signait l'acte de capitulation de la garnison allemande .La libération de Paris se fit au prix de mille cinq cents morts dans les rangs de la résistance et de la 2éme DB .Ce sont ces hommes et ces femmes qu'honoraient les cérémonies présidées par M.Marleix le 25 août dernier à Paris au monument du maréchal Leclerc porte d'Orléans et sur le parvis de l'Hôtel de Ville .
Des membres de l'ANT-TRN avec les drapeaux représentaient notre association nationale  des titulaires du TRN .

Source les chemins de la mémoire SGA/Direction du patrimoine et des archives (octobre 2007) www.anttrn.net

Posté par ANTTRN à 11:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]



07 octobre 2007

Cérémonie au Mont-Mouchet

Cérémonie au Mont-Mouchet

Le 24 juin dernier , Monsieur Alain Marleix,secrétaire d'Etat à la Défense chargé des anciens combattants,s'est rendu au Mont-Mouchet dans la Haute-Loire, pour rendre hommage aux résistants tombés lors des combats contre les nazis en juin 1944.

C'est au coeur des monts de la Margeride, entre Truyère et Allier, aux confins du Cantal , de la Lozère et de la Haute-Loire ,que s'implante en avril 1944 sous l'autorité du Colonel GASPARD (émile Coulaudon) , chef régional des Forces françaises de l'intérieur(FFI) de la zone R6 le maquis du Mont-Mouchet , l'un des plus grands de France .Dans un premier temps , il doit servir de base de repli aux maquis du Puy-de-Dôme et par la suite y rassembler des volontaires.
Le 20 mai , l'état-major régional ordonne la mobilisation .Les volontaires affluent: 2500 hommes sont au Mont-Mouchet , 1500 à la Truyère, 1000 au Lioran ; un quatrième réduit est créé à Saint-Genès avec 1500 maquisards .
Au moment du débarquement des Alliés en Normandie , les hommes du colonel Gaspard ont pour objectif de retarder la jonction des troupes allemandes venand du sud avec celles du front de Normandie.Environ 55 tonnes d'armes et de matériels leur sont parachutés, mais pas d'armes lourdes et peu de bazookas.Le 2 juin 1944 , les résistants repoussent l'attaque d'un bataillon allemand .Le 10 juin , la Wehrmacht,avec l'appui de blindés et de l'aviation , se lance à l'assaut du maquis pas l'ouest,le nord et l'est afin de le prendre en tenaille .Les maquisards résistent, mais le lendemain, le manque de munitions contraint le colonel Gaspard à donner l'ordre d'évacuation sur le réduit de la Truyère et les forêts de Mercoire et de la Chaise-Dieu.
Au matin du 20 juin , l'armée allemande attaque la Truyère.A la tombée de la nuit , devant la puissance de feu de l'ennemi , l'état-major des FFI donne l'ordre de décrochage.Au cours des opérations , les troupes allemandes brûlent et pillent de nombreux villages et pillent de nombreux villages , fusillant une centaine d'otages.Les pertes des FFI sont sévères: près de 240 tués et environ 180 blessés.
Les combats du Mont-Mouchet ont empêché deux divisions allemandes de remonter , au moment opportun, sur le front de Normandie.Le général de Gaulle , conscient de la contribution apportée aux Alliés par la Résistance en Auvergne , rendra plus tard hommage à son héroïsme.
Un monument à la mémoire des combattants du Mont-Mouchet a été inauguré le 9 juin 1946 .Mesurant 13 m de haut , construit en pierre de taille , il est l'oeuvre du sculteur Raymond Coulon et de l'architecte Pierre Petit .Son socle est orné de 18 blasons de provinces françaises , tandis que se dressent en façade deux sculptures représentant des résistants armés , l'un en civil et l'autre en uniforme.Au pied du monument repose le corps d'un maquisard inconnu.
Un musée a été ouvert après la guerre dans une maison forestière reconstruite à l'emplacement de celle qui abrita l'état-major des maquisards et fut détruite pendant les combats .En 1989 , un nouveau musée à vu le jour: Il présente des objets ,cartes , matériels et documents évoquant la France des années de l'Occupation et les combats du Mont-Mouchet .
( Source les Chemins de la Mémoire SGA/Direction de la mémoire et du Patrimoine .)


Mis en ligne gracieusement et à ses frais par l'ANT-TRN partenaire de la réserve citoyenne: www.anttrn.com )

Posté par ANTTRN à 11:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2007

Le cimetière de Mers-El-Kebir

Le cimetière de Mers-El-Kebir , en Algérie, fut crée pour accueillir les corps des marins tués lors de l'attaque de la flotte française par la marine britannique les 3 et 6 juillet 1940.Il comporte un ossuaire où reposent 970 morts non identifiés du cuirassier Bretagne et 180 sépultures individuelles,dont celle de l'amiral Darlan qui a été transférée depuis Alger en 1964.

Le personnel local du service des anciens combattants et victimes de guerre a entretenu le site jusqu'à son évacuation d'urgence en janvier 1994 en raison des événements.Pendant six ans,aucun agent n'a pu y retourner.En juin 2000 , le corps d'un inconnu a été exhumé de l'ossuaire et inhumé dans le carré militaire de Brest-Kerfautras afin de permettre aux familles , auxquelles il était impossible de se rendre en Algérie, de disposer d'un lieu de recueillement.A cette occasion , il a été constaté que le cimetière de Mers-El-Kébir situé dans un environnement sensible,avait été profané.Les croix sur les tombes avaient été renversées ou brisées,l'ossuaire forcé et les plaques de marbre, portant le nom des morts, volées.

Une mission a été dépêchée sur place en 2003,des réparations ont été effectuées et des dispositions plus définitives envisagées.Cependant,les contraintes de sécurité liées au contexte local ont conduit à ajourner toute opération.En 2005,un partenariat a pu être établi avec les autorités locales pour assurer la sécurité du site et sa restauration définitive.Ce programme a été lancé à l'été 2006.Il porte,d'une part , sur la mise en sécurité du site grâce à la construction d'une maison pour un gardien permanent,le rehaussement du mur d'enceinte et l'installation d'un éclairage public.D'autre part,le cimetière proprement dit est rénové:reconstruction de l'ossuaire et implantation sur chaque tombe,à la place de la croix profanée,d'une stèle inviolable sur laquelle une plaque d'identité rappelera le nom du marin.Les travaux seront achevés en janvier 2007.

Souce :SGA/Direction de la mémoire,du Patrimoine et des Archives.

information transmise bénévolement et à ses frais par l'ANT-TRN www.anttrn.com

Posté par ANTTRN à 10:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 août 2007

Des valeurs à faire vivre au quotidien

Des valeurs à faire vivre au quotidien
dimanche 05 août 2007 12:00

Des valeurs à faire vivre au quotidien ,

Courage ,Justice,Respect,Solidarité......
Des femmes et des hommes se sont engagés dans la Résistance guidés par leur attachement à un ensemble de valeurs.Aider les jeunes à en comprendre le sens et le rôleclef qu'elles ont dans la société,tel est l'objectif de l'opération"Valeurs de la Résistance,valeurs des éléves d'aujourd'hui".

Depuis quelques années,l'association pour les études sur la Résistance intérieure (AERI) mène dans des établissements scolaires une opération qui vise à aider les jeunes à comprendre et à faire vivre dans leur vie quotidienne les valeurs de la Résistance .Point de départ de tout projet,un débat sur les notions de courage,justice,solidarité,tolérance....est organisé entre les témoins et les éléves .Ces derniers sont ensuite chargés d'élaborer et de mettre en oeuvre un projet concret autour de ces thèmes.Alors commence le travail collectif réalisé en classequi leur apprend à exprimer leurs idées , à écouter les autres,à dialoguer dans le respect d'autrui .Les jeunes doivent se prendre en charge et assumer des reponsabilités puisqu'il leur faut,entre autres,rechercher des financements ,écrire des lettres officielles...Une démarche qui les amène également à prendre conscience des valeurs auxquelles eux-mêmes sont particulièrement attachés.
Le thème de la solidarité a donné lieu à des rencontres régulières , pendant plusieurs mois , entre une classe de 3e et des résidents d'une maison de retraite ainsi qu'à un parrainage d'élèves entrant en 6e par une classe de 3e volontaire pour les aider à s'intégrer dans leur nouvel établissement.Autre sujet abordé: la tolérance,avec la création d'un spectacle par des collégiens issus de milieux socioculturels divers,et une réflexion sur les valeurs véhiculées par la famille-partage,amour,respect,réconfort....-qui a permis à des élèves issus de différentes communautés de présenter à d'autres classes leurs traditions familiales .
Des lycéens et des collégiens ont entrepris un travail sur la mémoire en organisant un festival de films sur la Résistance et la Libération des camps tandis que d'autres effectuaient une recherche sur les origines et l(histoire des personnes dont les noms figurent sur les plaques commémoratives apposées sur les murs des lycée.
Depuis la rentrée 2006/2007 , les services départementaux de l'ONAC s'impliquent pleinement dans ces projets .Ils proposent à des classes des actions concrètes,qu'elles doivent mener à bien .Ainsi,le service départemental de la Marne aide des élèves de 3e à monter une pièce de théâtre sur le thème de la violence ainsi qu'un concert pour recueillir des fonds en faveur d'associations caritatives .Celui de l'Oise soutient une classe de seconde qui organise un voyage à Paris pour les enfants défavorisés de Noyon.Ces projets, qui ont reçu le soutien du ministre chargé de l'Education Nationale , obligent chacun à mettre" la main à la pâte ", en développant ainsi l'esprit d'équipe et mobilisant les élèves pour atteindre un objectif commun .
Par là -même ,les relations entre eux, y compris dans les classes dites difficiles,s'améliorent.Ils découvrent aussi sous un autre jour des pans d'histoire et apprennent à connaître le monde combattant à travers leurs rencontres avec des "héros ordinaires".

Odile Charbonneau ONAC -Département de la mémoire combattante.

mis en ligne bénévolement par l'ANT-TRN Association partenaire de la réserve citoyenne .

www.anttrn.com   www.anttrn.net


Posté par ANTTRN à 11:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 août 2006

COMMANDEUR DE LA LEGION D'HONNEUR

12 Août 2006

Commandeur de la Légion d'honneur

Françoise Comte ,commandeur de la Légion d'honneur.......

Au cours d'une cérémonie samedi 1er juillet 2006 au Palais d'Argentré,à Sées,Françoise Comte a été élevée au grade de commandeur de la Légion d'honneur par la colonel Didier Godey.

Ce fut une cérémonie à la fois solennelle et sobre,digne et émouvante, en présence du préfet Jean Charbonniaud , de Gérard Burel, président du Conseil Général ,des responsables départementaux des anciens combattants et victimes de guerre,des délégués militaires départementaux, de nombreux élus et amis .

Le colonel Didier Godey a commenté les actions qui ont valu à Françoise Comte d'être élevée au grade de commandeur de la Légion d'honneur .Dès 1941 , elle participe aux actions clandestines de son père,Edourd Paysant ( pseudonyme: Dominique Tinchebraye )

qui assume de hautes responsabilités dans la Résistance Normandie -Bretagne .Malgréson jeune âge,Françoise est agent de liaison et de renseignements.A bicyclette, elle achemine des messages,transporte des fausses cartes d'identité,des armes légères...Le 4 juillet 1943 , une forteresse volante est abattue à Belfonds, six de ses aviateurs sont cachés et conduits vers l'Angleterre.Le prix de ce sauvetage sera lourd:14 Français seront déportés , sept le paieront de leur vie.Parmi eux , les grands-parents de Françoise.Son père rejoint un maquis de Bretagne où il est porté disparu en juillet 1944 .Françoise et sa mère sont arrêtées le 21 juillet.C'est le début d'un cauchemar qui passe par Aençon , Rouen ,Ravensbrück,Gartenfeld,Sachsenhausen,étape où elle sera libérée le 25 avril 1945 .Suivra la période éprouvante du retour dans la solitude et le dénuement total ,la maladie .

Avec sa mère, Françoise entreprend de reconstruire une vie , de faire repartir l'entreprise familiale.C'est en parallèle une carrière de bénévolat bien remplie: responsble des guides au niveau régional , l'animation de "Travail et Partage" , la création de "Sées Animation service" , mais aussi des responsabilités dans les associations de Combattants Volontaires de la Résistance , des Anciens Combattants et Victimes de Guerre, de nombreuses rencontres en milieu scolaire.

Lors de ses remerciements , Françoise Comte a rendu Hommage à ses parents qui lui ont tracé la voie , à son époux et à tous ses équipiers .

www.anttrn.com


Posté par ANTTRN à 10:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juillet 2006

TCHAD.....AIDE DE LA FRANCE

Tchad: Consacré à l'éducation, l'eau, l'assainissement, la santé et la lutte contre contre le sida, au cours de la période 2006-2010, la France va accorder au Tchad un engagement financier de 130 millions d'euros

N'DJAMENA, 17 juin 2006 - La France va accorder 130 millions d'euros d'ici 2010 au Tchad pour son développement, aux termes d'un Document cadre de partenariat (DCP) signé vendredi matin à N'Djamena. Ce DCP "est un engagement financier d'environ 130 millions d'euros que la France entend consacrer au développement du Tchad au cours de la période 2006-2010", a expliqué la ministre française déléguée à la Coopération, Brigitte Girardin, qui a signé le document avec le ministre tchadien du Plan, de l'Economie et de la Coopération, Mahamat Ali Hassan. Selon le document, 8O% de cet engagement sera consacré aux trois grands secteurs prioritaires que sont l'éducation de base, l'eau et l'assainissement, ainsi que la santé et la lutte contre le sida. L'aide française portera également sur les secteurs de "la gouvernance et l'Etat de droit, d'une part, la Francophonie et l'enseignement supérieur d'autre part", a poursuivi Mme Girardin, arrivée la veille pour une visite de 48 heures au Tchad. "Ce nouveau cadre de partenariat que nous avons signé est révélateur de la confiance que la France place dans le Tchad, mais il est aussi à la hauteur de ses fortes attentes en matière de réformes politiques et économiques, indispensables au développement durable de votre pays", a-t-elle souligné. Les deux ministres ont également signé un protocole d'accord relatif à une nouvelle enveloppe du Fonds social de développement (FSD), d'un montant de deux millions d'euros. La veille, à l'issue d'un entretien de plus de trois heures avec le président tchadien Idriss Deby Itno, Mme Girardin avait rappelé le soutien de la France à l'appel au dialogue avec l'opposition politique lancé par ce dernier le 8 juin. Fragilisé depuis plusieurs mois par des défections au sein de son régime et par des rébellions soutenues, selon N'Djamena, par le Soudan voisin, M. Deby, au pouvoir depuis 1990, a été réélu le 3 mai pour cinq ans, dès le premier tour d'un scrutin boycotté par l'opposition. Mme Girardin devait rencontrer vendredi après-midi des représentants de la Coordination pour la défense de la Constitution (CPDC), principale coalition de l'opposition regroupant une vingtaine de partis. La CPDC, comme une autre composante de l'opposition, a opposé une fin de non recevoir à M. Deby, tant que le dialogue proposé n'incluerait pas l'opposition armée et la société civile

Posté par ANTTRN à 09:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]



« Début   1  2  3  4    Fin »